22 mars 2010

Mary la sanglante


Pierre-Luc Lafrance


D’où vient la légende de « Bloody Mary »? Découvrez ici une version parmi tant d’autres, présentée sous forme de conte irlandais.

Depuis sa naissance, Thomas a eu le privilège de cohabiter avec des lutins. Jusqu’au jour où Titania et Obéron, reine et roi des fées, rappellent à eux les créatures du Petit peuple.

Laissé à lui-même, avec quelques connaissances de la magie et de l’illusion, Thomas est victime de malchances successives et il doit quitter l’Irlande pour le Nouveau monde. C’est à Boston qu’il rencontrera Mary, l’amour de sa vie.

Quand Mary tombe malade, Thomas est prêt à tout pour la sauver. Même à tricher avec la mort…

La lecture de ce court roman me fut très agréable. L’écriture est soignée et j’ai adoré les illustrations de Pierre Houde.

Ne manquez pas le lexique à la fin, car il donne des précisions fort intéressantes sur certains termes employés par l’auteur. Arcanes, Banshee et Maladie de la brunissure, pour ne nommer que ceux-là.

Le lexique est suivi de l’évocation des origines de la légende de Bloody Mary, aussi appelée la Dame bleue au Québec. Chez moi, on l’appelait, avec un frisson dans la voix, la Dame blanche…

5 commentaires:

ClaudeL a dit…

Maladie de la brunissure est-ce le mildiou, ce champignon qui a attaqué les pommes de terre ans les années 1846-1850, en irlande?

Gen a dit…

Ah tiens... Moi j'avais toujours entendu dire que c'est Marie Tudor (Marie la Sanglante) qui était à l'origine de la légende.

La Dame Blanche, dans ma famille d'irlandais, c'est quelque chose de totalement différent : c'est un spectre qui vient nous dire le moment de notre mort si on a l'audace de l'invoquer.

ClaudeL a dit…

Dame blanche et banshee: synonymes pour mes arrière arrière grands-parents!

autres détails: http://fr.wikipedia.org/wiki/Banshee

Isa Lauzon a dit…

A ClaudeL : Et qui a causé la mort d'innombrables irlandais, c'est bien ça. Épouvantable. Tu connais bien tes classiques!

À Gen : En fait, il y a plusieurs versions, et justement, Pierre-Luc Lafrance les répertorie brièvement à la fin du roman. Très intéressant!

À ClaudeL : Ah! Rien de tel que ce cher Wikipedia... ;)

ClaudeL a dit…

... Et une grand-tante qui a pris des notes sur ses grands-parents venus de cette partie pauvre de l'Irlande! Et moi qui ai hérité de ce qu'elle a écrit et fait des recherches pendant un an sur leur histoire, la mienne finalement.