6 octobre 2010

Y a-t-il un héros dans la salle?

Pierre-Luc Lafrance

Une parodie de conte de fées tout bonnement hilarante!

Dès la première page, j’ai été conquise par le délire de l’auteur de ce roman destiné aux 11 ans et plus, mais dont les subtilités et les sous-entendus, selon moi, s’adressent tout autant, et même peut-être davantage, à un public adulte.

L’avertissement initial et les indications qui nous sont données pour dessiner nous-mêmes la carte du monde imaginaire (parce que, selon les propres dires de l’auteur, il n’est pas doué en dessin) sont loufoques et tordantes. J’ai d’ailleurs éclaté de rire à certains passages, bien malgré moi, m’attirant quelques regards surpris de mon entourage…

L’ironie, délicieusement omniprésente, a rapidement fait surgir dans mon esprit une évidente analogie avec le film Shrek… à la puissance dix!

Imaginez un peu le tableau :

Un grand-père fée raconte à ses deux petits-enfants l’histoire de Pad de Revnu, prince de Boss, surnommé cochon à cause de sa laideur, laideur qui ne cède en rien le terrain à son intelligence limitée, il faut le mentionner.

Chargé d’une quête, soit sauver son royaume d’une horde de barbares qui s’apprête à l’envahir, Cochon devra affronter mille périls pour parvenir à ses fins. Inutile d’attendre qu’un héros vienne l’épauler, car ils sont en grève. Il devra se contenter de Sanssolde, un voleur affublé d’une tare qui nuit grandement à son métier : le remords.

Valéria, la petite-fille du conteur fée, tentera bien de deviner le destin de Cochon au fil du récit, mais ce sera peine perdue, car le grand-père s’ingéniera à déjouer toutes ses suppositions (et, par le fait même, les nôtres!). Rien de prévisible donc ici, que des surprises et des rebondissements abracadabrants.

Au royaume des nains, le système de justice en place suscitera à coup sûr l’ébahissement : à peu près tous les habitants sont avocats! Pour un oui ou un non, on se retrouve sur le banc des accusés d’un procès bidon. Ce passage m’a énormément plu.

Oubliez les « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », vous n’en trouverez pas ici. En fait, rien ne tournera comme vous le pensiez, et c’est justement ce qui fait le charme de ce bouquin. D’ailleurs, je viens de terminer la lecture de la suite, "Y a-t-il un héros dans la salle? no 2" et la même jubilation fut au rendez-vous…

Pour passer un moment agréable, pour éviter de se prendre au sérieux et pour décompresser en rigolant un bon coup, je suggère fortement ce roman.

Un conseil : Surtout, ne manquez pas le meilleur et portez une attention spéciale aux notes de bas de page!

4 commentaires:

Carl a dit…

C'est une très bonne lecture que j'ai toujours recommandée aux adultes. Pierre-Luc semble avoir pris du plaisir dans l'écriture de ce livre et j'ai bien hâte de voir ce qui sortira de sa plume fraîchement aiguisée.
Un incontournable !

Isa Lauzon a dit…

À Carl : Très franchement, j'adore l'humour de Pierre-Luc! En effet, cette saga est un incontournable en la matière. Pour ma part, c'était du jamais vu! Il faut absolument que je fasse l'acquisition de "Princesse à enlever"... :D

Gen a dit…

@Isa : Ok, je suis vendue! :) À ajouter à ma liste de bouquins à acheter! :) (surtout maintenant que j'écris du "jeunesse" moi aussi ;)

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Je suis certaine que tu ne le regretteras pas! :p